Sarlat Rugby remonte le temps au Château de Commarque

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Les joueurs de Sarlat Rugby ont travaillé dur pendant le week-end pour aider à reconstruire une partie du château médiéval de Commarque. C'est un château imprégné d'histoire - des ordres des croisés aux guerres de religion - mais c'est l'un des rares à être détenu aujourd'hui par les descendants de ses bâtisseurs originaux. Sarlat Rugby a eu l'honneur de participer à la protection du riche patrimoine culturel de la région dans le cadre du projet “Mai Solidaire”.

Au coeur des vallées entre Sarlat-la-Canéda et Les Eyzies se dresse le vaste complexe de châteaux médiévaux du Château de Commarque. Siège de seigneurs locaux et de maisons nobles remontant au tournant du millénaire précédent, il est l’un des rares à être revenu aux mains des descendants de ses bâtisseurs : Hubert de Commarque et ses enfants Aude et Jean de Commarque. La famille a fait un travail remarquable de restauration pour les passionnés d’histoire et des touristes, et s’est associée à l’équipe de Sarlat Rugby pour aider à une partie du levage lourd ce week-end.

L’événement du samedi a été une merveilleuse expérience de renforcement de l’esprit d’équipe pour les joueurs et une chance de se plonger dans l’histoire de la région. L’initiative était également la manière parfaite de terminer le mois de sensibilisation de Sarlat Rugby, Mai Solidaire. 

Un après-midi amusant d’immersion dans le riche patrimoine naturel et historique pour les joueurs de Sarlat Rugby

Le château de Commarque, un patrimoine historique régional 

Le château de Commarque était autrefois le siège des seigneurs locaux dont le pouvoir dépendait de l’abbaye de Sarlat, et son histoire reflète le riche patrimoine de la région. Construit aux XIe et XIIe siècles par les seigneurs de Commarque pour la puissante abbaye de Sarlat, le donjon a changé de mains à plusieurs reprises depuis. Il a cependant toujours été étroitement lié à la ville de Sarlat. Au XIIe siècle, il a été concédé à l’Ordre hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, parti en croisade, qui a construit l’imposant donjon central.

À sa dissolution, le château de Commarque passe aux mains d’une autre famille noble. Ces ajouts font du complexe du château l’un des plus grands et des plus lourdement fortifiés de la région. Il a attiré d’autres nobles et familles, dont beaucoup ont construit leurs propres tours fortifiées. Pendant la guerre de Cent Ans avec l’Angleterre, ces seigneurs sont restés fidèles à la couronne française, mais ils ont pris le parti des réformateurs pendant les guerres de religion. Après un siège et une bataille acharnée en 1569 (la salle voûtée du château a été l’une des victimes !), les forces catholiques ont pris le contrôle du château, qui est tombé lentement en ruine, la nature a alors repris le site. 

Jusqu’à l’arrivée d’Hubert de Commarque dans les années 1970.Descendant des bâtisseurs d’origine, Hubert est arrivé avec un projet audacieux : restaurer le château et permettre aux visiteurs de découvrir par eux-mêmes une partie de sa riche histoire. Aujourd’hui, ses enfants Aude et Jean ont rejoint le projet. Entrepreneurs dont les racines remontent jusqu’aux premiers bâtisseurs du château, ces gardiens ont fait un merveilleux travail de restauration et de rénovation de certaines parties du donjon, tout en laissant d’autres intactes, témoins du passage du temps et des événements historiques. S’ils organisent et accueillent déjà des événements allant des mariages aux ateliers d’armement médiéval, le travail de rénovation n’est jamais terminé.

De nombreuses salles du Château de Commarque ont encore besoin de beaucoup de travail pour être restaurées 

Sarlat Rugby aide à reconstruire le patrimoine de la région

Les travaux de rénovation sont cependant toujours en cours. Avec une importante saison touristique à l’horizon, Aude et son frère se sont tournés vers la communauté pour leur venir en aide. Ils ont demandé des volontaires pour l’une des tâches les plus laborieuses – dégager 10 tonnes d’anciens blocs de pierre pour faire place à un Escape Game (et fournir les pierres de taille nécessaires pour aider à construire d’autres murs sur la propriété). Comme il n’y avait pas de place pour les machines et que l’on souhaitait conserver l’authenticité historique, les blocs devaient être transportés à la main. En l’occurrence, les fortes mains des joueurs de Sarlat Rugby. 

Ayant entendu parler du projet du Château de Commarque, Benjamin Vidal, un autre entrepreneur et ami, savait exactement à qui demander de l’aide. Ayant joué au rugby à Sarlat pendant huit saisons et conscient de la croissance actuelle de l’équipe, Benjamin a contacté l’entraîneur principal et le président de l’équipe. Tous deux se sont immédiatement enthousiasmés pour l’initiative. L’entraîneur y a vu une excellente occasion de renforcer l’esprit de groupe, surtout avec les nombreuses nouvelles arrivées au sein de l’équipe. Le président savait que cela s’inscrirait parfaitement dans le programme caritatif de l’équipe, qui a duré tout au long du mois de mai. 

« Il y a quelque chose d’exceptionnel et de rafraîchissant à trouver une équipe en pleine croissance, comme Sarlat Rugby, qui souhaite s’impliquer et aider à maintenir le patrimoine local » explique Benjamin Vidal.

C’est ainsi que ce samedi 29, 15 des joueurs de Sarlat Rugby ont rigolé, gémi et transpiré pour déplacer les énormes blocs découpés hors de la salle et dans les escaliers. Formant une chaîne humaine, les joueurs ont travaillé en étroite collaboration pour déplacer chaque bloc avec précaution et efficacité. En seulement trois heures, les joueurs ont déplacé tous les blocs bien plus vite que la famille Commarque ne l’avait prévu ! Une fois la mission accomplie, ils pouvaient juste après s’asseoir, se détendre, récupérer et rire ; il faut dire que le dur labeur et le travail d’équipe collectif ne fait que contribuer à les rapprocher. 

« C’était vraiment un plaisir de faire participer la jeune génération à la restauration de l’histoire de la région, et nous avons été stupéfaits par leur dévouement et les efforts qu’ils ont fournis. Les joueurs de Sarlat Rugby se sont donnés à fond et ont accompli en quelques heures ce qui nous aurait pris des mois. Ils ont conquis des nouveaux fans désormais, et nous avons hâte de les voir en action sur le terrain de rugby la saison prochaine » ~ Aude de Commarque.

Les joueurs de Sarlat Rugby ont soulevé des blocs massifs pour aider à restaurer le Château de Commarque.

Le point culminant de l’opération du « Mai Solidaire”

En récompense de leurs efforts, les gardiens du château ont accueilli l’équipe pour un somptueux festin. Traités par les Traiteurs du Céou, le plat principal était un sanglier rôti (chassé par Jean de Commarque lui-même !), la récompense parfaite pour les rugbymen sarladais affamés après une longue après-midi de travail ! Pourtant, l’équipe ne s’est pas donnée à fond uniquement pour le repas. Ni seulement pour le plaisir de travailler en équipe. C’est aussi parce qu’ils ont ressenti le devoir de participer à faire renaître une fierté régionale de ses cendres. 

Les joueurs de Sarlat Rugby ne reculent jamais devant un défi, et leur force peut inspirer toute la communauté. Une communauté que l’équipe a placée au cœur de son programme « Mai Solidaire ». L’équipe et son sponsor et accélérateur, Uniqorn, ont soutenu des programmes et associations locales tout au long du mois. D’un zoo communautaire à la société de protection des animaux de Périgueux, l’équipe a donné un coup de main, mais jamais aussi littéralement qu’avec le Château de Commarque ce week-end. 

Cet événement joyeux, qui a permis de jeter des ponts entre le passé et le présent de la région, était le moyen idéal de terminer en beauté ce mois de solidarité avec la communauté. En s’engageant directement avec les joueurs, la région a eu la chance de voir l’équipe les soutenir, tout comme nous espérons voir la région venir soutenir l’équipe lorsque la saison commencera.

Sarlat Rugby met à l’honneur les associations et les causes locales avec son “Mai Solidaire”
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin