Sarlat Rugby illumine les mois d’hiver malgré la pandémie !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Il n'est pas nécessaire de souligner les difficultés auxquelles les communautés ont été confrontées dans le monde pendant la pandémie. Et alors que de nombreuses équipes sportives, petites et grandes, se battaient pour continuer à fonctionner, Sarlat Rugby s'est mis en marche, encourageant la communauté qui le supportait autrefois depuis les tribunes bondées du stade Christian Goumondie.

Habituellement, Sarlat-la-Canéda vibre de vie autour de la période de Noël. Avec un marché d’hiver ouvert pendant des semaines et attirant des milliers de personnes chaque week-end, elle est la capitale économique et culturelle du Périgord Noir. Mais cette année, il y aurait eu beaucoup plus de noirceur dans l’air sans l’effort soutenu de l’équipe locale de rugby pour maintenir non seulement leur propre moral, mais aussi celui de la communauté. 

Les équipes sportives du pays, et du monde entier, ont souffert de la pandémie

Compte tenu de la nécessité d’avoir un large public, de se rapprocher et de faire des efforts physiques, le sport est un environnement particulièrement risqué pour la diffusion de la Covid-19. En effet, le virus a mis à genoux pratiquement toutes les compétitions de niveau amateur, et même de nombreuses équipes professionnelles ou nationales. Alors que les plus grandes ont pu continuer sous la puissance des contrats de télévision avec des supporters en carton remplissant les stades, les plus petites équipes ont subi une double épreuve. Certaines se sont effondrées sous la pression financière, d’autres se sont tues, mais en réduisant les coûts, elles se sont coupées de la communauté. 

Sarlat Rugby démontre qu’il existe une autre voie. Ils ont fait un effort courageux pour franchir la fine limite entre la garantie d’une sécurité totale pour les joueurs et la communauté, et le maintien d’une présence active et engagée. Cela a surtout signifié une forte présence en ligne et dans les médias sociaux, mais pas exclusivement. Ils ont également trouvé des moyens d’apporter un peu de joie dans la vie de leurs membres les plus importants : les supporters. 

Répondre aux besoins du moment grâce aux réseaux sociaux 

Lorsqu’il était interdit de se réunir ou de jouer en grands groupes, les possibilités traditionnelles d’engagement des supporters disponibles pour les équipes de rugby, ou pour tout autre sport d’ailleurs, étaient hors de question. Bien qu’il ne puisse pas organiser de matchs, ni même de grands dîners pour les donateurs ou les supporters, Sarlat Rugby a refusé de jeter l’éponge. Il s’est plutôt tourné vers une scène nouvelle et peu familière : Les réseaux sociaux. 

Il y a seulement un an, leur présence dans les médias sociaux était une affaire de fans, dépendant de quelques bénévoles dévoués, dont le travail a contribué à inspirer le potentiel de ce qui allait venir. Sous la direction des nouveaux propriétaires et avec une équipe dédiée aux réseaux sociaux à leur disposition, Sarlat Rugby a pu multiplier son impact sur les réseaux sociaux cet hiver, malgré la pandémie qui a éliminé le plus grand atout : les matchs eux-mêmes. 

Mais quand les temps sont durs… soyez créatifs !

Sarlat Rugby produit désormais autant (voire beaucoup plus) de contenu engageant sur Facebook et Instagram qu’il ne l’a fait l’hiver dernier. En partageant des photos de musculation et des séquences d’entraîneurs expliquant des routines d’entraînement détaillées, en mettant en avant des actions des matchs passés et présents de certains joueurs, ils ont trouvé des moyens de promouvoir à la fois le sport, sa culture et l’équipe, à travers le spectre des réseaux sociaux. 

La vedette de cette nouvelle présence dans les réseaux sociaux ? La mascotte officielle de l’équipe de Sarlat Rugby : Benji la salamandre. Élément nouveau pour le rugby local, la mascotte a fait sensation lors de sa première apparition dans les derniers matches avant que la pandémie ne mette un terme à la saison. Initialement destiné à motiver et à divertir les fans (jeunes et moins jeunes) sur le terrain, Benji s’est révélé être un point de ralliement pour les fans en ligne. Avec un large éventail de contenus amusants, le personnage a pris une personnalité bien à lui, dessinant des sourires alors même qu’il enseigne (et supporte) les protocoles sanitaires appropriés en cas de pandémie.

Cette équipe de rugby entreprenante a également trouvé des moyens d’utiliser cette nouvelle présence en ligne pour aider ses fans à traverser une période de vacances particulièrement oppressante. 

Sarlat Rugby remonte le moral pour les fêtes d’hiver

La pandémie pesait lourdement sur la communauté et l’équipe qui se préparait à faire face à une saison de Noël isolée et restreinte. Sarlat Rugby a trouvé des moyens de ramener quelques sourires, de perpétuer l’esprit de Noël cet hiver et de contribuer à créer des liens plus forts entre l’équipe et la ville.

Benji distribue des cadeaux de Noël

Non seulement l’équipe des réseaux sociaux du Sarlat Rugby a créé des vidéos amusantes de Benji égayant la journée autour de leur bureau, un contenu en ligne plus traditionnel, mais ils ont également trouvé des moyens de se surpasser et de créer de véritables liens avec la communauté. Notamment en demandant à Benji d’accompagner le Père Noël (l’un des joueurs de Sarlat Rugby les plus aimés, déguisé, mais ne le dites pas aux enfants !) lors d’une visite dans les écoles locales, en apportant des cadeaux, des divertissements et son amour maladroit mais adorable pour le rugby. 

C’est non seulement l’exemple parfait de la joie de Noël, mais aussi un excellent moyen de montrer à la communauté que l’équipe est derrière elle. Mais c’est aussi une chance de transmettre l’amour de ce sport à une génération qui pourrait s’en éloigner sans avoir la possibilité de s’y adonner. Heureusement, l’école de rugby, affiliée à l’équipe, a pu reprendre ses cours plus récemment ; et vous pouvez parier que quelques visages inconnus pourraient rejoindre l’école, dans l’espoir d’apercevoir le salamandre geant ! 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin