Sarlat Rugby et Stéphane Labrousse donnent envie à un Périgourdin de revenir !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Le projet de Sarlat Rugby est audacieux et ambitieux, un défi parfait pour le prodigieux joueur d'origine périgourdine Nicolas Gal. Sélectionné en 2011 parmi les 30 meilleurs jeunes rugbymen de France, ce troisième ligne a toujours eu l'ambition de gravir les échelons du rugby français. Nicolas a adhéré à l'ambitieux du projet de Sarlat Rugby et à la possibilité de jouer à nouveau dans le Périgord.

Ces dernières semaines, Sarlat Rugby a annoncé plusieurs nouvelles recrues pour la saison 2021-2022. Si les derniers joueurs sont des recrues du rugby français originaires de pays lointains (comme Hemani Paea, star de la Prod D2 et du Top 14), l’équipe recrute également près de chez elle. Nicolas Gal a toujours aimé le Sud-Ouest de la France où il a grandi et a été ravi de trouver un club dont l’ambition et la passion correspondent aux siennes !

L’entraîneur Stéphane Labrousse, qui avait un œil sur ce joueur prometteur depuis son passage à Périgueux puis à Agen, a personnellement fait appel à Nicolas pour ce projet. Voyons de plus près son histoire et ce qu’il va apporter sur le terrain !

Des débuts brillants pour le natif de Bergerac

Nicolas Gal a grandi avec les sports de contact. Ayant commencé le judo à l’âge de 4 ans dans son Bergeracois natal, il a appris à aimer la lutte. Mais lorsque son meilleur ami lui fait découvrir le rugby, il se découvre une passion encore plus grande. Nicolas a rapidement dépassé les limites de son club local et s’est retrouvé à faire la navette jusqu’à Périgueux les week-ends pour une section spécialisée de jeunes joueurs talentueux. Ne voulant abandonner ni ses études ni son amour pour le sport, Nicolas a plongé tête baissée dans les deux, un thème qui a marqué toute sa carrière !

Le talent et la détermination de Nicolas ne passent pas non plus inaperçus. Après trois ans à Périgueux, il a été sélectionné en 2016 parmi les 100 meilleurs jeunes rugbymen français à 16 ans. Mieux encore, Nicolas fait partie des 30 premiers sélectionnés pour un stage intensif. C’est ainsi qu’il prend la route pour Agen, où il intègre l’équipe junior des Espoirs, tout en poursuivant son cursus de licence puis de master en commerce. Cinq ans plus tard, il est devenu capitaine de l’équipe.  

Capitaine, leader, et défenseur intrépide, Nicolas n’hésite pas lorsqu’il reçoit le ballon

Avec Agen, Nicolas aura quelques-uns des meilleurs souvenirs de sa vie de rugbyman. Notamment, 5 matchs en Coupe d’Europe, dont le plus mémorable fut de jouer dans le stade Murrayfield contre Edinburgh. Cependant, à la fin de cette année, il connaîtra également une amère déception.

Nicolas Gal trace sa propre voie sur et en dehors du terrain

Contrairement à certains espoirs du rugby professionnel, Nicolas avait poursuivi assidûment ses études. Il a obtenu deux diplômes et une expérience professionnelle dans le commerce, tout en jouant pour Agen. Un bon choix pour lui car, malgré les attentes de tous, l’arrivée d’un nouvel entraîneur a vu la place de Nicolas dans l’équipe principale disparaître du jour au lendemain. Pourtant, Nicolas a transformé ce qui aurait pu être le pire moment de sa carrière de rugbyman en une puissante leçon d’indépendance. 

Contraint de se débrouiller seul, Nicolas s’engage rapidement dans un autre club, un peu plus loin de chez lui. Le Stado Tarbes Pyrénées évolue dans la poule Elite des Fédérales 1, le niveau le plus élevé pour les joueurs amateurs comme Nicolas, qui travaillent également à leur propre carrière professionnelle. Malgré le haut niveau, l’équipe ne laisse pas assez de place au leadership pour l’ambitieux fils du Périgord. 

Les années suivantes le verront progresser dans sa carrière en dehors du terrain tout en passant par quelques clubs à la recherche de la bonne formule. De Saint Raphaël Fréjus en Fédérale 2 à Bergerac et Marmande en Fédérale 1, il continue à impressionner. Et d’ailleurs, à l’USM, il gagne tous les matchs. Malheureusement, à cause de la pandémie, cela ne sera que trois matchs ! Frustrant pour un joueur comme Nicolas, qui aime le jeu et cherche toujours à en faire plus. 

Nicolas a contribué à donner à l’US Marmande une saison impeccable, bien que trop courte.

Sarlat Rugby est fier d’accueillir à nouveau un fils du Périgord

Si un entraîneur a été responsable de la déviation la carrière de rugbyman prévue pour Nicolas, un autre a ouvert une porte vers une nouvelle voie. Stéphane Labrousse, l’entraîneur déterminé et motivé de Sarlat Rugby, a l’œil et la mémoire des talents. Il a contacté Nicolas directement alors que Sarlat Rugby commençait à recruter pour la nouvelle saison, une opportunité unique pour le joueur et l’équipe. 

Nicolas a été immédiatement marqué par ce projet ambitieux. Là où tant de clubs se concentrent sur la saison en cours ou la suivante, Sarlat Rugby voit plus grand. Si la Fédérale 2 n’est qu’une petite étape pour Nicolas, il a clairement indiqué qu’il avait l’intention de voir Sarlat gravir les échelons.

En tant que flanker et défenseur puissant, Nicolas doit se concentrer autant sur l’équipe adverse que sur le ballon. Son expérience en matière de leadership, notamment en tant que chef de ligne et de mêlée, sera un complément de force bienvenu pour une équipe en pleine croissance. Les compétences de Nicolas sur le terrain, et son esprit proactif et combatif sur le terrain, feront de lui un excellent ajout à l’effectif du Sarlat Rugby. 

Leader et expert en touche, les conseils et l’expérience de Nicolas permettront à Sarlat Rugby d’atteindre de grands sommets.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin